Les propriétés du savon de Marseille

En ce qui concerne le savon de Marseille, il dure très longtemps et encore plus quand on le fait sécher. Sa longévité en fait un produit particulièrement économique. Il est écologique car il est fabriqué à partir d’huile exclusivement végétale, biodégradable, il contribue donc au respect de l’environnement. Il ne contient ni colorant, ni adjuvant de synthèse, ni conservateur chimique.  Il est antibactérien, antimicrobien et hypoallergénique.

Il en existe 2 types qui ont des propriétés différentes :

Le savon de Marseille à base d’huile d’olive crée en 1371 a un aspect doux, il est de couleur verte.

Le savon de Marseille à base d’huile de coprah ou d’huile de palme créé en 1820 est plus détergent, il est de couleur blanche.

Différences entre un savon de Marseille et un savon industriel

Sans titre.png

 

 Fabrication du savon de Marseille

La fabrication du savon est décomposée en plusieurs étapes que l’on retrouve surtout en milieu industriel. Il en existe de nombreuses dont certaines ne sont pas indispensables. Les principales étapes étant : l’empâtage, le relargage, l’épinage, la liquidation, le séchage, le découpage et l’estampillage.

L’empatâge : On introduit de l’huile, de la soude et de l’eau que l’on porte à ébullition sous agitation pendant un temps dépendant de la quantité. Il peut varier de 30 minutes à plusieurs heures. Ici débute la saponification.

empatage

Le relargage : Il s’agit ici de verser le produit formé dans une solution saturée en sel et de la séparer par la suite de l’eau.

relargage

L’épinage : On laisse décanter le produit pour enlever le surplus de liquide.

epinage.png

La liquidation : On refait bouillir une dernière fois le savon en le lavant à l’eau « pure». C’est ici que le maître savonnier vérifie la consistance de son savon. Le savon repose ensuite durant une période allant de 18h à 48h. Après cette étape on peut qualifier le savon « d’extra pur ».

Le séchage : Durant cette étape on verse la pâte dans un moule ou dans un récipient et on le laisse sécher pour qu’il durcisse et devienne très solide.

sechage.png

Le découpage et l’estampillage : on découpe le bloc de savon formé en cube puis il est marqué d’un pourcentage représentant sa teneur en acide gras ou en huile et du nom de l’industrie qui le fabrique. Exemple : « savon de Marseille extra pur 72% »

decoupage.png

 EXPERIENCE

Nous avons essayé de nous laver les mains avec du savon de Marseille tout d’abord dans de l’eau douce puis dans de l’eau de mer. Nous avons constaté qu’il se formait de la mousse dans l’eau douce mais qu’il ne se formait pas de mousse dans l’eau de mer.

 Les éléments qui empêchent la précipitation du savon de Marseille dans l’eau de mer

Nous avons donc essayé de nous laver avec un savon de Marseille dans de l’eau de mer et nous avons constaté que le savon ne formait pas de mousse mais une sorte de précipité blanc. Cela n’est pas parce que l’eau est salée, l’eau de mer est pleine de magnésium et est donc très dure. La dureté de l’eau de mer étant trop élevée, le savon est donc incapable de mousser. Dans les eaux dures riches en ions calcium Ca2+ et magnésium Mg2+, les charges positives de ces derniers piègent les ions carboxylates, les rendant moins nettoyants.
Nous voudrions donc savoir quels éléments nous pourrions rajouter ou enlever pour empêcher sa précipitation.

Qu’est ce qui fait que le savon de Marseille ne mousse pas dans l’eau de Mer

 Un savon n’agit presque plus dans une eau salée comme l’eau de mer car en présence des ions Na+ l’équilibre suivant évolue vers la droite :

R▬COO- (aqueux)   +   Na+ (aqueux)   ↔   R▬COONa (solide) ↓

Le sel amène les ions Na +. Ces ions ajoutés à de l’eau douce savonneuse diminuent la quantité de savon RCOO-aqueux en solution. Le savon initialement dissout redevient en partie solide (grumeaux).

Visite de la savonnerie

Nous nous sommes rendues dans une savonnerie à Aix en Provence : «  La Grande Savonnerie » tenue par Jean-David LACOMBE, afin de réaliser un savon de Marseille qui puisse mousser dans l’eau de mer. Le savon de Marseille est fait d’huile d’olive, de soude et d’eau. D’après les conseils du maître savonnier, nous avons tenté de créer un savon de Marseille en remplaçant l’huile d’olive par de l’huile de coprah. Pour cela nous avions acheté au préalable de l’huile de coprah sous forme solide, nous l’avons chauffée pour qu’elle prenne une forme liquide. Nous avons donc introduit dans un chaudron 72% d’huile de coprah (sous forme liquide), 8% de soude et 20% d’eau, nous avons cuits les 3 ingrédients sur une plaque chauffante, puis mélangé les ingrédients. A partir de là, la saponification a lieu. Pendant la saponification, de l’écume (mousse blanchâtre qui se forme à la surface d’un liquide chauffé) de savon apparaît.

Dix minutes plus tard une fois que de la belle mousse apparaît on fait un choc thermique : on a mis de l’eau froide autour du chaudron.

Il s’est formé une pâte qui a ensuite durci sous forme de copeaux friables.

facecarteecume

Pendant la saponification: on voit apparaître l’écume.

capture-decran-2017-02-01-a-18-17-58

Nous avons fait un choc thermique afin d’accélérer la fabrication.

IMG_9772.JPG

Voici la pâte qui c’est formée.

IMG_9774.JPG

Le savon a ensuite formé des copeaux que nous pouvons voir sur la photo ci-dessus.

Huile de coprah

 Afin de réaliser notre savon moussant dans l’eau de mer, nous avons cherché ce que nous pouvions rajouter ou remplacer durant la fabrication du savon de Marseille. Nos recherches et les conseils du maître savonnier nous ont conduits à rajouter l’huile de coprah à la place de l’huile d’olive car celle-ci, issue de chair de coco séchée, permet au savon de mousser dans l’eau de mer. En effet, sa chaîne carbonée est assez courte, elle est composée de 8 à 12 atomes de carbone, ce qui permet à l’huile coprah d’être soluble dans l’eau de mer. Contrairement à cela, la chaîne carbonée de l’huile d’olive est plutôt longue, elle contient en effet 12 à 16 atomes de carbone. L’huile de coprah est riche en acides gras saturés ce qui fait qu’elle possède un pouvoir détergeant et qu’elle donne une bonne dureté au savon. Cela fait d’elle une huile réputée en savonnerie et utilisée dans certains savons de Marseille. Alliée à l’huile de palme elle confère un pouvoir d’autant plus détergeant. Elle est d’ailleurs utilisée dans les savons industriels qui vont spécialement dans l’eau de mer, elle leur confère ainsi un pouvoir moussant.

EXPERIENCE FINAL

Nous avons donc vu que nous pouvons créer un savon de Marseille à partir d’huile de coprah, de soude, et d’eau qui pourrait mousser dans l’eau de mer. Suite à la fabrication de ce savon (qui est sous forme de petit bout car les étapes de mise en forme sont très longues) nous avons essayé de nous laver les mains avec dans l’eau douce, nous avons remarqué qu’il se formait de la mousse ce qui est normal. Puis nous avons essayé de nous laver les mains avec dans de l’eau de mer et nous avons constaté qu’il se formait de la mousse. Nous pouvons donc constater que le savon de Marseille que nous avons créé à base d’huile de coprah mousse bien dans l’eau de mer.

 

Publicités